Fil de navigation

Le toit de la maison est à-peu-près réparé ! Nous allons donc pouvoir y retourner avec les enfants. Ce n'est pas réjouissant de vivre dans des ruines, mais on sera heureux de se sentir chez soi.

Départ de Vaux vers 2h30. Paula, les deux petites et moi, avec le chariot conduit par Hector. Heureuse arrivée à Noville malgré le triste aspect de la maison éventrée. Les enfants sont heureux.

Je n'ai pas encore pu aller à la messe, il fait très mauvais et je tousse encore trop. Quel pauvre dimanche dans un village dévasté où l'église est en ruines et le curé fusillé !

Jeanne Pigeon - Janvier 1945